Quel café à quel prix ?

Les prix

Dans un souci de simplicité nous avons choisi un prix unique de 16 € TTC / kg, quel que soit la quantité commandée, que le café soit moulu ou en grains : 4 € le paquet de 250g et 16 € le paquet d’un kilo.

Torréfaction, mouture, conditionnement

Sur les conseils d’une autre filière de café équitable, nous avons choisi de travailler avec le torréfacteur Lemétais. Implanté au Havre, port d’arrivée du café, il nous offre une prestation de qualité. Le café est torréfié en France, au plus près du consommateur (et de ses goûts), pour pouvoir en garder toute la fraîcheur.

Nous proposons 4 types de paquets : petit moulu, petit grain, grand moulu et grand grain, tous conditionnés sous atmosphère protectrice et dans des emballages hermétiques : vous retrouverez un café comme fraichement torréfié pendant 3 mois après la torréfaction. La date de péremption est d’un an après la torréfaction.

La mouture fine correspond aux cafetières filtres, mais aussi italiennes et machines expresso (ces 2 dernières mettent particulièrement en avant les arômes de ce café). Il se peut qu’elle passe à travers les pistons des cafetières à piston.

Café de l’ombre, café du soleil ?

En Amérique du Sud, la technique du brulis gagne de plus en plus de terrain : il s’agit de mettre feu à une parcelle de forêt, afin de récupérer un terrain plein de minéraux qui formeront l’engrais pour les caféiers, et un ciel dégagé pour que les caféiers profitent de 100% de l’ensoleillement. Cette terrible technique du « café du soleil » n’est pas durable car au bout de quelques dizaines d’années, le terrain perd de ses qualités agronomiques et il faut recommencer l’opération sur une parcelle de forêt. Cette technique est à l’origine des images qui nous sont parvenues du Brésil en 2018, lorsque le monde s’inquiétait que la forêt amazonienne brulait … incendiée par les paysans.

La vallée du Bocaz où est cultivé ce café est  zone de forêt d’Amazonie Haute, dont plusieurs milliers d’hectares en forêt vierge. Cela a une grande valeur, en France par exemple, l’ensemble des forêts ont été coupées et replantées au moins une fois : elle ne sont plus originaires !

Aussi, les fortes pentes rendent dangereuses la pratique de cultures sur brulis. La saison des pluies dure plusieurs mois et emporte les terrains, de plus en plus mis à nus. Dans cette région, les inondations se multiplient et sont de plus en plus graves.

La culture du café de l’ombre, pratique traditionnelle utilisée par nos producteurs, consiste à élaguer une partie de la forêt et y implanter des caféiers. Certifiés bio, les producteurs vont au delà des exigences du label.

Nous les soutenons dans cette pratique vertueuse et difficile, qui justifie un prix plus élevé, valorisant la qualité du produit mais aussi le travail environnemental réalisé.

Qualité : terroir, altitude, variétés, « café pur origine » !

La vallée de Bocaz se situe dans le département de Villa Rica, reconnu au Pérou pour la qualité de son café. Les producteurs connaissent bien les facteurs qui feront de leur café un bon café : la sélection des variétés mais aussi de l’altitude à laquelle le café est cultivé.

C’est grâce à ça que nous pouvons consommer ce café en pur origine ! C’est un café aux arômes fins, peu amer et peu chargé en caféine.

En effet, nous sommes habitués à consommer des cafés en mélange : le café d’une région, plutôt acide cette année, va être mélangé au café d’une autre région, trop amer, lui, pour former un café standardisé. Même pour un café « Pérou », cela peut être le cas : on pourrait comparer cette appellation à un « vin France », obtenu par mélange de plusieurs vins.

Ce café est produit par une quinzaine de producteurs dans la vallée de la petite rivière Bocaz. Cette garantie d’origine est très rare, même dans les coopératives de café équitables qui rassemblent souvent des milliers de producteurs.